J20... La séparation des chemins.

Publié le 2 Juin 2017

J'ai dormi lourdement cette nuit, la fatigue m'a un peu assommé...et ce matin pas de petit déjeuner à l'hôtel ils sont en travaux, je vais donc à un café à côté et à 8h30 je suis sur la route. Comme ces derniers jours, les nuages sont au raz des pâquerettes et on y voit goutte sur les hauteurs. Il fait un petit 16° et avec l'humidité c'est un peu frais pour démarrer en tee-shirt mais se couvrir plus ferait "ruisseler" l'eau à l'intérieur de ma veste. Le départ est plutôt plat mais on va vite monter.

Arrivé à Casquita, on trouve la borne de séparation des chemins. A gauche ceux qui prennent le chemin primitif par Oviedo, on attaque les montagnes plus tôt, et tout droit ceux qui restent sur le chemin côtier, dont je fais partie et je m'en étais expliqué au début du blog sur ce choix. Prendre le chemin côtier ne signifie pas que ça va être plat pour autant, et la suite de la journée le démontrera. 

Au debut ça monte progressivement...il commence à faire chaud mais ça va. Et puis on attaque les choses sérieuses pour passer le col de Peón à 550m ce qui n'a l'air de rien mais qui sur une distance pas très longue représente une belle "épreuve d'effort". Entre les journées précédentes et l'effort violent je commence à marquer sur le visage... Mais une raide montée toute seule ce n'est pas drôle...alors après une descente presque complète au niveau de l'altitude, on remet la seconde couche, moins haut moins longue mais raide. Je suis obligé de faire deux breaks dans cette montée pour reprendre mon souffle, et je suis liquide... Heureusement en haut il y a un petit bar épicerie et c'est la pause bien méritée avec banane, café et une barre de céréale. Ça fait du bien par où ça passe. D'en haut on a une vue plongeante sur Gijon et on pourrait croire que c'est gagné, mais il reste encore une bonne dizaine de kilomètres, certes en descente maintenant le plus dur étant fait, mais les arrivées sur les grandes villes sont toujours compliquées et les traversées jamais aisées, surtout si les "consignes" des guides ne sont pas claires et les indications sur le chemin difficile à interpréter. 

La première partie de la descente jusqu'à l'albergue du camping de Deva/Gijon se passe bien, sauf que là on peut choisir 3 chemins et les indications du guide ne correspondent pas. En gros il y a le court en suivant la route face aux voitures, l'alternatif qui est le plus long et fait un grand tour dans la campagne et un intermédiaire qui est plus joli et en distance entre le court et le long! Comme je n'ai pas envie de remonter la toute ni de jouer les touristes, je prends le dernier. Effectivement on passe par la campagne, on fait de jolis tours et détours, on traverse des parcs, le tout sans pratiquement jamais s'approcher des voitures sauf à arriver à la ville même. 

J'ai un peu repéré hier ma fin d'étape mais je dois me faire aider du GPS de mon téléphone pour y arriver car j'arrive par l'est de Gijon et je suis pratiquement de l'autre côté. Mon problème est que mon téléphone ne tient pas la charge quand je suis en "données mobiles" et qu'il se vide très rapidement. J'ai pris des options de route qui sont les bonnes mais quand je me branche il me reste encore 30minutes de marche pour arriver à mon hôtel et je sais que mon téléphone ne tiendra pas cette distance... Je suis donc en mode "Trail" avec mon sac de 15kg sur le dos pour ne pas perdre une minute. Autant vous dire que sur les trottoirs je ne fais pas dans la bienséance... Je suis maintenant à 10minutes de mon point d'arrivée quand mon  téléphone me signale qu'il faut que je recharge...j'accélère.. Je visualise au mieux mon point d'arrivée sur le GPS pour ne pas avoir à ouvrir mon téléphone, je crois être arrivé...mais ce n'est pas la bonne rue?? Je relance une dernière fois le point d'arrivée, je ne suis pas loin...et j'arrive dans la bonne rue que j'avais mémorisé dans un coin de ma tête. Yessssss...sauf qu'il n'y a pas d'hôtel en vue??? Je la fais deux fois, elle est petite, rien...je croise un monsieur avec une poussette qui rentre dans son immeuble et lui demande si il connaît l'hôtel Verdemar..." Oui c'est ici au premier étage"...et mon téléphone s'éteint! Si ça c'est pas la destinée....

Bon ma chambre est "minimaliste", un lit, une douche( je peux tout juste me tourner dans le rideau)  et une fenêtre qui donne sur un mur à 30cm...mais peu importe je ne vais pas y passer ma vie. Ah oui ils font des travaux et toute l'après midi ils ont cogné sur les murs, j'espère juste qu'ils ne travaillent pas la nuit!  Je suis à 15minutes du vieux centre de Gijon et bien sûr pour me détendre un peu les jambes je vais y traîner. Franchement  pas terrible, je m'attendais à une ville avec un charme et un côté ancien préservé. Il n'en est rien, il y a du"moderne" pas beau avec du vieux pas rénové et le tout donne une impression pas terrible. Ça tombe bien car je n'ai qu'une envie c'est de mettre mes pieds en l'air et ne plus bouger...

Demain départ pour Avilés avec une étape de 24km, je reviens à une distance plus raisonnable. Par contre les deux guides signalent que la sortie de Gijon est pénible et moche...il faudra bien que ça se fasse!

Bon week-end. 

 

Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!
Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!

Chacun sa route, chacun son chemin...moi je monte et c'est dur!

Rédigé par Pierre -Guy

Repost 0
Commenter cet article

Ama 03/06/2017 13:11

trop de km, temps pas au beau fixe, traits marqués...il est temps de revenir à des distances plus courtes en effet. GB

René-yann 03/06/2017 08:37

Les pèlerins sont modernes de nos jours ils ont même le GPS sur leur smartphone! Fais quand même attention la technologie peut parfois trahir! Je te souhaite un très bon week-end de Pentecôte avec des étapes par trop usantes, du soleil et du ciel bleu, de beaux paysages et de jolies petites bêtes sur le bord des routes pour faire de belles photos... A ce propos, ça manque un peu de petits ânes cette année!

Nat Gat 02/06/2017 21:48

Que 24 km demain... C'est léger ! Hi ! Hi ! Profite de ton après-midi après tes dernières étapes un peu denses !
Nous partons "faire le pont" à Blois Je lirai la suite à mon retour.