J14… Il faut bien finir un jour!

Publié le 24 Septembre 2021

Et voilà dernière journée de randonnée pour rejoindre Lorient. Comme la journée risque d’être longue, dès 8h30 je suis avec mon sac sur mon dos sur le sentier. Ce matin pas de soleil, mais un océan gris comme les gros nuages que je vois au loin, j’espère rester au sec pour ce dernier jour. Et il fait frais et humide, l’air est « poisseux ». En partant pour le Fort Bloqué je longe l’étang de Loc’h où les oiseaux dont ce héron prennent leur petit déjeuner… Il y a comme toujours les courageux du matin qui font leur marche aquatique comme ce monsieur tout seul qui avance à grand pas même dans l’eau… Je profite dès que je peux pour marcher mes dernières fois sur les plages et j’arrive au fort bloqué construit en 1746 pour protéger Lorient des invasions anglaises fréquentes à l’époque…Il est depuis les années 1950 une propriété privé, il faut déjà y vivre, surtout quand l’océan tabasse… Au loin on voit de. Ombreux petit bateau qui font leur pêche du matin, et il y a une certaine beauté à regarder ces points qui sortent sur le gris de l’océan. Au loin tel un gros vaisseau on voit l’île de Groix qui est desservie principalement et rapidement par les navettes de Lorient. Normalement avant L’Armor plage je devrais couper par des champs, mais les indications « au sol » me font partir au travers de cette petite ville et ce n’est pas plus mal car le paysage et beau et c’est l’occasion pour moi de m’arrêter sur l’été port prendre un bon café. En suivant la côte je remonte les plages où je trouve les groupes de marcheurs aquatiques qui sont plein d’énergie et qui sont surveillés par ce lévrier qui visiblement attend sa maîtresse. En face il y a la pointe des Saisies et surtout la citadelle de Port Louis toujours aussi impressionnante. Le ciel reste gris mais on sent le soleil poindre son nez. L’océan lui est toujours aussi calme et les écoles de voile ne vont pas perdre d’optimistes aujourd’hui…. Je fais le grand tour de la baie par Kernevel et je m’arrête pour manger ma pomme et ma barre et surtout boire en face des anciennes bases de sous-marins et surtout de la base nautique/ Cité Voile la plus grande d’Europe, pour la construction et la préparation des courses au large, c’est impressionnant de voir tous les hangars des grosses écuries réunis ici… et bien sûr il y a sur les quais une grosse rétrospective sur Éric Tabarly qui a beaucoup fait ses bateaux ici. On trouve aussi sur les quais l’histoire de Lorient pendant la seconde guerre mondiale et la place stratégique que les allemands lui avaient donné, avec les conséquences importantes pour la ville qui a été presque détruite par les bombardements alliés. On y trouve aussi tous les grands skippers qui ont construit et gagné les grandes courses individuelles… les anciennes cales à sous-marins sont maintenant à visiter et servent pour du « stockage » de petits bateaux. Il me faut maintenant sortir des quais car les cales de réparations mises à part, je suis dans l’industriel sans intérêt. Je décide donc de couper en direction du centre ville pour rejoindre la gare et mon hôtel…c’est probablement le moment le plus désagréable, le retour à la « civilisation », les voitures, les camions, le bruit, les odeurs…tout ce qui ne m’a pas manqué tous les jours avec le bruit de l’océan, le cris des mouettes et des goélands ou des aigrettes dans les marais. Les odeurs de la lande au petit matin ou de l’iode marin portée par le vent, tout ce qui fait je le sais , comme dit Aznavour, que je n’oublierai jamais ces moments hors du temps…

Fin de parcours pour cette année, avec de belles choses vues, des senteurs et de belles lumières, de beaux efforts aussi et de belles rencontres pour une fois. Septembre a été clément avec moi, une heure de pluie, et on dit qu’il pleut toujours en Bretagne, je peux affirmer que c’est faux!!

Il me reste à rentrer à la maison, et préparer les derniers 500km pour boucler le Sentier des Douaniers jusqu’à St Nazaire…mais ça c’est une autre histoire.

Merci à ceux qui ont eu la patience de me lire, j’espère que les paysages et mon vécu quotidien ne vous ont pas trop déplu. Bon week-end à tous et rendez-vous l’année prochaine!!

Bises à tous 

Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.
Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.

Une dernière journée sans beaucoup de relief sauf sur les quais Éric Tabarly où il y a la cité à venir voir.

Rédigé par Pierre -Guy

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Nos félicitations, Pierre-Guy.! Ce repas est bien merité. Bon retour- et "à la prochaine"!
Cordialement Dorothee et Joachim
Répondre
P
Merci les amis et j'espère que viys allez bien. Amitiés
R
Comme je te lis et donc t'écris avec un jour de retard tu auras sans doute quitté Lorient quand tu liras ce message, il me reste à te remercier pour la balade au pays de ma jeunesse qui se terminait cette année dans ma ville, cerise sur le gâteau! Tu as raison, il ne pleut pas tant que ça en Bretagne, d'avril à juin et aussi en septembre nous passions plus de temps sur la plage de Toulhars à Larmor-plage où tu es passé qu'au collège ou au lycée! :-) Bon courage pour ton retour parisien et à bientôt j'espère
Répondre
P
Merci René-Yann, c’était un beau parcours et je comprends que tu sois attaché à cette région que tu connais bien…le plus dur effectivement c’est le retour à la civilisation urbaine… À très vite et bises à tous les deux
C
Bon retour à la vie "normale" cher Pierre Guy. C'était bien agréable de te lire chaque matin en regardant l'océan...
Répondre
P
Merci à tous les deux et surtout portez vous bien et j'espère que tout va aller mieux pour Claude. Amitiés